Arguments de la ligne de commande#

Blender 4.2
Usage: blender [args ...] [file] [args ...]

Options de rendu#

-b, --background

Lancer en arrière-plan (souvent utilisé pour le rendu sans recours à l’interface graphique).

Le périphérique audio est désactivé en mode arrière-plan par défaut et peut être réactivé en passant ensuite en -setaudo Default.

-a, --render-anim

Faire le rendu des trames du début à la fin (comprise).

-S, --scene <nom>

Définir la scène active <nom> pour le rendu.

-f, --render-frame <trame>

Faire le rendu de la trame <trame> et l’enregistrer.

  • +<trame> par rapport à la trame de début, -<trame> par rapport à la trame de fin.

  • Une liste de trames séparées par des virgules peut aussi être utilisée (pas d’espaces).

  • Une plage de trames peut être désignée en utilisant le séparateur .. entre la première et la dernière trame (comprise).

-s, --frame-start <trame>

Fixer le début à la trame <trame>, prend aussi en charge +/- les trames proches.

-e, --frame-end <trame>

Fixer la fin à la trame <trame>, prend aussi en charge +/- les trames proches.

-j, --frame-jump <trames>

Fixer le nombre de trames à avancer après chaque trame rendue.

-o, --render-output <chemin>

Définir le chemin et le nom de fichier du rendu. Utiliser // au début du chemin pour rendre relatif au fichier blend.

Les caractères # sont remplacés par le numéro de trame, et servent à définir le zero padding.

  • animation_##_test.png devient animation_01_test.png

  • test-######.png devient test-000001.png

Si le nom de fichier ne contient pas de #, le suffixe #### est ajouté au nom de fichier.

Le numéro de trame sera ajouté à la fin du nom de fichier, ex. :

blender -b animation.blend -o //render_ -F PNG -x 1 -a

//render_ devient //render_####, en écrivant les trames comme //render_0001.png

-E, --engine <engine>

Spécifier le moteur de rendu. Utilisez -E help pour lister les moteurs disponibles.

-t, --threads <threads>

Utiliser le nombre de <threads> pour le rendu et les autres opérations [1-1024], 0 pour utiliser le nombre de processeurs du système.

Options de rendu de Cycles#

Les options du module complémentaire Cycles doivent être spécifiées après un double tiret.

--cycles-device <device>

Définit le périphérique utilisé pour le rendu. Les options valides sont : CPU CUDA OPTIX HIP ONEAPI METAL.

Ajouter +CPU à un périphérique GPU pour effectuer le rendu sur le CPU et le GPU.

Exemples :

blender -b file.blend -f 20 -- --cycles-device OPTIX
--cycles-print-stats

Enregistre les statistiques sur la mémoire de rendu et l’utilisation du temps.

Options de format#

-F, --render-format <format>

Définir le format de rendu. Les options valides sont : TGA RAWTGA JPEG IRIS AVIRAW AVIJPEG PNG BMP HDR TIFF.

Formats qui peuvent être compilés dans Blender, non disponibles sur tous les systèmes : OPEN_EXR OPEN_EXR_MULTILAYER FFMPEG CINEON DPX JP2 WEBP.

-x, --use-extension <bool>

Définir l’option d’ajout de l’extension de fichier à la fin du fichier.

Options de lecture d’animation#

-a <options> <fichier(s)>

Au lieu d’afficher l’interface utilisateur de Blender, ceci lance Blender comme un lecteur d’animation, pour visionner des films et des séquences d’images rendues dans Blender (ignoré si -b est mis).

Arguments de lecture :

-p <sx> <sy>

Ouvrir avec le coin inférieur gauche à <sx>, <sy>.

-m

Lire depuis le disque (sans mise en tampon).

-f <fps> <fps_base>

Spécifier le FPS de départ.

-j <frame>

Fixer le pas des trames à <trame>.

-s <trame>

Lire à partir de <trame>.

-e <frame>

Lire jusqu’à <trame>.

-c <cache_memory>

Quantité de mémoire en mégaoctets pour permettre la mise en cache des images pendant la lecture. Zéro désactive (le clampage à un nombre fixe d’images à la place).

Options de fenêtre#

-w, --window-border

Forcer l’ouverture avec bordures.

-W, --window-fullscreen

Forcer l’ouverture en mode plein écran.

-p, --window-geometry <sx> <sy> <w> <h>

Ouvrir avec le coin inférieur gauche à <sx>, <sy> et la largeur et la hauteur à <w>, <h>.

-M, --window-maximized

Forcer l’ouverture maximisée.

-con, --start-console

Démarrer avec la Console ouverte (ignoré si -b est mis) (Uniquement Windows).

--no-native-pixels

Ne pas utiliser la taille de pixel d’origine, pour les affichages en haute résolution (MacBook Retina).

--no-window-focus

Ouvrir derrière d’autres fenêtres et sans fixer le focus.

Options Python#

-y, --enable-autoexec

Activer l’exécution automatique des scripts Python.

-Y, --disable-autoexec

Désactiver l’exécution automatique des scripts Python (Python-drivers & startup scripts), (default).

-P, --python <filepath>

Lancer le script Python donné.

--python-text <name>

Lancer le bloc de texte script Python donné.

--python-expr <expression>

Exécuter l’expression donnée comme un script Python.

--python-console

Lancer Blender avec une console interactive.

--python-exit-code <code>

Fixer le code de sortie dans l’intervalle [0..255] pour quitter si une exception Python est levée (uniquement pour les scripts exécutés depuis la ligne de commande) ; zéro désactive.

--python-use-system-env

Permettre à Python d’utiliser des variables d’environnement système telles que PYTHONPATH et le dossier site-packages de l’utilisateur.

--addons <addon(s)>

Liste séparée par des virgules (sans espaces) des modules complémentaires à activer en plus des modules complémentaires par défaut.

Network Options#

--online-mode

Allow internet access, overriding the preference.

--offline-mode

Disallow internet access, overriding the preference.

Options de logging#

--log <match>

Activer les catégories de journalisation, en prenant un seul argument séparé par des virgules. Plusieurs catégories peuvent être associées à l’aide d’un suffixe .*, donc --log 'wm.*' enregistre chaque type de message du gestionnaire de fenêtres. La sous-chaîne peut être mise en correspondance à l’aide d’un préfixe et d’un suffixe *, donc –log “undo” enregistre tous les types de messages liés à l’annulation. Utilisez le préfixe “^” pour ignorer, donc --log "*,^wm.operator.*" enregistre tout sauf wm.operators.*. Utilisez “*” pour tout enregistrer.

--log-level <level>

Définir le niveau de verbosité des logs (plus élevé pour plus de détails) par défaut à 1, utilisez -1 pour journaliser tous les niveaux.

--log-show-basename

N’afficher que le nom du fichier en sortie (pas le chemin d’accès principal).

--log-show-backtrace

Afficher une trace arrière (back trace) pour chaque message de log (uniquement les builds de débogage).

--log-show-timestamp

Afficher un horodatage pour chaque message de log en secondes depuis le début.

--log-file <filepath>

Définir un fichier pour la sortie du log.

Options de débogage#

-d, --debug

Activer le débogage.

  • Active la détection d’erreur de mémoire

  • Désactive la saisie par la souris (pour interagir avec un débogueur dans certains cas)

  • Garde le sys.stdin de Python plutôt que le fixer à None

--debug-value <value>

Fixer la valeur de débogage de <value> au démarrage.

--debug-events

Activer les messages de débogage pour les évènements système.

--debug-ffmpeg

Activer les messages de débogage de la bibliothèque FFmpeg.

--debug-handlers

Activer les messages de débogage pour la gestion d’évènements.

--debug-libmv

Activer les messages de débogage de la bibliothèque libmv.

--debug-cycles

Activer les messages de débogage de Cycles.

--debug-memory

Activer l’allocation de mémoire pleinement protégée et le débogage.

--debug-jobs

Activer le profilage en temps des tâches en arrière-plan.

--debug-python

Activer les messages de débogage pour Python.

--debug-depsgraph

Activer les messages de débogage du dependency graph.

--debug-depsgraph-eval

Activer les messages de débogage du dependency graph en relation avec l’évaluation.

--debug-depsgraph-build

Activer les messages de débogage du dependency graph en relation avec la construction de graphe.

--debug-depsgraph-tag

Activer les messages de débogage du dependency graph en relation avec le tagging.

--debug-depsgraph-no-threads

Basculer le graphique de dépendance vers une évaluation à thread unique.

--debug-depsgraph-time

Activer les messages de débogage du dependency graph en relation avec le minutage.

--debug-depsgraph-pretty

Activer les couleurs pour les messages de débogage du dependency graph.

--debug-depsgraph-uid

Vérifier la validité des identifiants à l’échelle de la session attribués aux blocs de données d’identification (ID data-blocks).

--debug-ghost

Activer les messages de débogage pour Ghost (Linux uniquement).

--debug-wintab

Activer les messages de débogage pour Wintab.

--debug-gpu

Activer le contexte et les informations de débogage GPU pour OpenGL 4.3+.

--debug-gpu-force-workarounds

Activer les solutions de rechange pour les problèmes typiques du GPU et désactiver toutes les extensions du GPU.

--debug-gpu-compile-shaders

Compiler tous les shaders définis statiquement pour tester la compatibilité de la plateforme.

--debug-gpu-renderdoc

Activer l’intégration de Renderdoc pour la capture d’images et le débogage GPU.

--debug-wm

Activer les messages de débogage pour le gestionnaire de fenêtre, affiche tous les opérateurs en recherche, affiche les erreurs de configuration de clavier.

--debug-xr

Activer les messages de débogage pour les contextes de réalité virtuelle. Active la couche de validation de l’API OpenXR, l’affichage des messages de débogage (OpenXR) et d’informations générales.

--debug-xr-time

Activer les messages de débogage pour les temps de rendu en réalité virtuelle.

--debug-all

Activer tous les messages de débogage.

--debug-io

Activer les messages de débogage pour les entrées/sorties (collada, …).

--debug-fpe

Activer les exceptions des nombres flottants.

--debug-exit-on-error

Sortir immédiatement lorsque des erreurs internes sont détectées.

--debug-freestyle

Activer les messages de débogage pour FreeStyle.

--disable-crash-handler

Désactiver le gestionnaire de plantage.

--disable-abort-handler

Désactiver le gestionnaire de plantage.

--verbose <verbose>

Définir le niveau de verbosité des logs pour les messages de débogage qui le prennent en charge.

Options GPU#

--gpu-backend

Forcer à utiliser un backend GPU spécifique. Options valides : vulkan (experimental), metal, opengl.

Options diverses#

--open-last

Ouvrir le fichier blend le plus récemment ouvert, au lieu du fichier de démarrage par défaut.

--app-template <template>

Définir le modèle d’application (correspondant au nom du dossier), utiliser default pour none.

--factory-startup

Sauter la lecture du fichier startup.blend dans le dossier personnel de l’utilisateur.

--enable-event-simulate

Activer la fonction de test de simulation d’événement bpy.types.Window.event_simulate.

--env-system-datafiles

Définir la variable d’environnement BLENDER_SYSTEM_DATAFILES.

--env-system-scripts

Définir la variable d’environnement BLENDER_SYSTEM_SCRIPTS.

--env-system-python

Définir la variable d’environnement BLENDER_SYSTEM_PYTHON.

-noaudio

Forcer le son système à None.

-setaudio

Forcer le système audio vers un dispositif spécifique : None Default «  « SDL OpenAL CoreAudio JACK PulseAudio WASAPI.

-c, --command <command>

Exécuter une commande qui consomme tous les arguments restants. Utiliser -c help pour lister toutes les autres commandes. Passer --help après la commande pour voir son texte d’aide.

Cela implique le mode –background`.

-h, --help

Afficher ce texte d’aide et quitter.

/?

Afficher ce texte d’aide et quitter (Windows uniquement).

-r, --register

Enregistrer l’extension du fichier blend pour l’utilisateur actuel, puis quitter (Windows uniquement)).

--register-allusers

Enregistrer l’extension de fichier blend pour tous les utilisateurs, puis quitter (Windows et Linux uniquement)).

--unregister

Désenregistrer l’extension du fichier blend pour l’utilisateur actuel, puis quitter (Windows et Linux uniquement).

--unregister-allusers

Désenregistrer l’extension de fichier blend pour tous les utilisateurs, puis quitter (Windows et Linux uniquement).

-v, --version

Afficher la version de Blender et quitter.

--

Terminer le traitement des options, les arguments suivants sont passés sans changement. Accès via sys.argv de Python.

Analyse des arguments#

Les arguments doivent être séparés par des virgules, ex. :

blender -ba test.blend

… va quitter puisque -ba est un argument inconnu.

Ordre des arguments#

Les arguments sont exécutés dans l’ordre de leur présentation. ex. :

blender --background test.blend --render-frame 1 --render-output "/tmp"

… ne va pas faire le rendu dans /tmp parce que --render-frame 1 fait le rendu avant que le chemin de sortie soit défini.

blender --background --render-output /tmp test.blend --render-frame 1

… ne va pas faire le rendu dans /tmp parce que le chargement du fichier blend écrase la sortie de rendu qui a été définie.

blender --background test.blend --render-output /tmp --render-frame 1

… fonctionne comme prévu.

Variables d’environnement#

BLENDER_USER_RESOURCES:

Répertoire de niveau supérieur pour les fichiers utilisateur. (les autres variables BLENDER_USER_* sont remplacées lorsqu’elles sont définies).

BLENDER_USER_CONFIG:

Dossier pour les fichiers de configuration de l’utilisateur.

BLENDER_USER_SCRIPTS:

Dossier pour les scripts de l’utilisateur.

BLENDER_USER_EXTENSIONS:

Dossier pour les scripts de l’utilisateur.

BLENDER_USER_DATAFILES:

Dossier pour les fichiers de données utilisateur (icônes, traductions,…).

BLENDER_SYSTEM_RESOURCES:

Répertoire de niveau supérieur pour les fichiers système. (les autres variables BLENDER_SYSTEM_* sont remplacées lorsqu’elles sont définies).

BLENDER_SYSTEM_SCRIPTS:

Dossier pour les scripts à l’échelle du système.

BLENDER_SYSTEM_DATAFILES:

Dossier pour les fichiers de données à l’échelle du système.

BLENDER_SYSTEM_PYTHON:

Dossier pour les bibliothèques systèmes Python.

OCIO:

Chemin pour remplacer le fichier de configuration OpenColorIO.

TEMP:

Enregistrer les fichiers temporaires ici.

TMPDIR:

Stocker les fichiers temporaires ici (systèmes UNIX). Le chemin doit référencer un répertoire existant sinon il sera ignoré.